L’Église vit et rayonne…

18
Nov

Pour celles et ceux qui attendent un message de paix, de solidarité et d’espérance

Ce mois d’octobre est difficile à bien des égards, tant l’incertitude que fait planer la pandémie nous déstabilise dans nos organisations, nos projets et finalement dans notre for intérieur. C’est dans ce contexte que nous allons célébrer le dimanche 18 octobre prochain, en l’église Saint Paul de Strasbourg, l’ordination de 8 jeunes pasteurs. Cette célébration est un double défi : la tentation aurait pu être grande de la reporter au printemps prochain. Nous avons choisi, avec les ordinands, de la maintenir malgré le contexte de crise sanitaire. Premier défi. Mais le plus grand défi, c’est celui que ces jeunes nous adressent et adressent à notre société : engager sa personne et sa vie professionnelle au service de l’Église et du témoignage de l’Évangile, c’est un choix un peu fou dans le contexte de sécularisation et de foisonnement religieux qui est le nôtre.

Dans cette newsletter qui s’adresse aux acteurs d’Église, je suis donc particulièrement heureux et fier d’évoquer ces 8 nouveaux acteurs-pasteurs qui vont apporter leur pierre à l’édifice. Je suis profondément reconnaissant pour leur engagement qui nous engage tous ! J’y vois un signe de la vitalité spirituelle de l’UEPAL, qui peut susciter de si belles vocations. Nous constatons d’ailleurs aussi de nombreuses vocations pour de nouvelles formes de ministère : assistants paroissiaux, diacres, animateurs de jeunesse, aumôniers hospitaliers et territoriaux, … L’Église est en profonde mutation, et nous le savons, le changement est quelquefois douloureux. Il est douloureux de devoir abandonner un modèle d’Église qui nous a accompagné depuis des siècles, douloureux d’être dans l’incertitude de l’avenir, douloureux d’être toujours plus minoritaires. Mais il est heureux de constater que le Seigneur donne à l’Église les serviteurs dont elle a besoin, heureux de voir de nouveaux projets d’Église naître, heureux de savoir que l’Église vit et rayonne, non pour elle-même mais pour celles et ceux qui attendent un message de paix, de solidarité et d’espérance.

Avec Abraham, nous devons (ré)apprendre à nous mettre en chemin, à quitter nos routines sécurisantes pour répondre à l’appel pressant de Dieu : « Lekh lekha ! » « Pars pour toi-même ! » (Genèse 12,3). Selon les traductions, ces deux mots hébreux peuvent être traduits par « pour » ou « vers toi-même ». La promesse d’une terre nouvelle et d’une bénédiction en Genèse 12 est ainsi liée à la découverte de soi-même, à un cheminement de renouvellement intérieur. L’antique promesse reste actuelle pour les 8 nouveaux pasteurs, pour les nouveaux ministères et pour une Église renouvelée : elle est promesse pour chacune et chacun d’entre nous !

(L’auteur Christian Albecker – Président de l’UEPAL)